Comment protéger votre habitation contre la grêle ?

Comment protéger votre habitation contre la grêle ?

Comment protéger votre habitation contre la grêle ?

Selon une enquête réalisée par un groupe d'assurance mutuelle, les frais de dommages liés à la chute de grêle se chiffrent à 180 millions d'euros. Cette somme démontre l'importance d'une assurance habitation couvrant contre les dégâts de la grêle. Néanmoins, comment protéger l'habitation contre cet évènement climatique destructeur ?

Les simples précautions à adopter

Afin de protéger leur domicile, les assureurs donnent quelques conseils à leurs clients. En effet, ces derniers sont tenus de fermer les fenêtres et de rentrer les plantes et les meubles de jardin à l'intérieur du domicile. Les branches situées près des vitres et du toit doivent aussi être coupées. Autrement, ils risquent d'endommager la toiture et les vitres sous la force de la glace. Les stores à lamelles et les volets roulants électriques doivent être relevés pendant les intempéries.

D'autres mesures s'imposent également afin de préserver l'habitation contre les pluies de grêles. En effet, en cas d'absence, les fenêtres restent closes. Il semble également primordial de dégager les gouttières et les bouches d'évacuation. Afin de prévoir les averses, l'assuré est tenu de s'informer quotidiennement sur la météo. Aussi, quelques travaux de rénovation s'imposent en vue de renforcer la sécurité, entre autres le démoussage du toit, le remaniement des tuiles déplacées…

La souscription à un contrat MRH

Il semble capital de contracter une assurance habitation afin de rembourser les dommages suite à un sinistre grêle. D'ailleurs, la garantie tempête et évènement climatique est rendue obligatoire dans ce contrat. Outre cette garantie, la couverture catastrophe naturelle peut également intervenir. Néanmoins, l'intervention de l'une de ces garanties dépend de la publication d'un décret ministériel confirmant l'état de cataclysme naturel dans la zone concernée. D'ailleurs, ce cas relève de la garantie catastrophe.

Du reste, les démarches d'indemnisation commencent par une déclaration du sinistre à la compagnie sous 5 jours. Dans la mesure du possible, l'ensemble des pièces justificatives telles que les factures d'acquisitions, les actes notariés… sont indispensables, car elles facilitent l'évaluation des dommages. Éventuellement, la compagnie sollicite les services d'un expert si les dommages semblent considérables. De plus, le délai de remboursement est précisé dans le contrat. Toutefois, il est de trois mois si le gouvernement publie l'arrêté.

Les éléments couverts

En principe, la couverture indemnise le sinistré des frais de réparations des dommages causés par un évènement climatique d'une intensité inhabituelle. Entre autres, le coût des dommages occasionnés par l'impact de la pluie de grêle et le poids accumulé de celle-ci est couvert. De surcroît, les coûts des dommages intérieurs résultant de l'humidité sont également pris en charge par l'assureur dans le cadre de la garantie tempête ou catastrophe naturelle.

Cette garantie rembourse les frais de réparation du toit endommagé et le remplacement du mobilier. En outre, l'assuré profite des frais d'hébergement temporaire en cas de perte d'usage du logement. Il bénéficie également des coûts d'approvisionnement en produit de première nécessité. La garantie couvre les frais de surveillance du logement. Suite à l'intervention d'experts et des professionnels, le remboursement de leurs honoraires et de leur frais de déplacement appartient à l'assureur.

Autres articles

Le dégât de la grêle et le contrat d'assurance habitation

Publié le 02/10/2017
Les conséquences d'une pluie de grêle sont non négligeables aux logements. C'est pourquoi la souscription d'une assurance MRH semble primordiale....